La vie numérique des tout-petits, nouvelle mission de la Fondation pour l’Enfance

27 juillet 2017

La Fondation pour l’Enfance, membre du Collectif Educnum, s'engage depuis 70 ans pour protéger les enfants et les doter des repères dont ils ont besoin pour se construire. Sa plus récente mission : sensibiliser les parents et les accompagnants aux nouveaux usages du numérique.

enfant educnum

Les outils numériques et les nouveaux médias pénètrent le cercle familial. Pour les enfants, le numérique est un lieu d’apprentissage, un moyen de socialisation, une activité de loisir. En collaboration avec des experts, la Fondation a analysé ces usages et leurs enjeux.

0 à 5 ans : le numérique dans les acquis fondamentaux de l’enfant

Selon le compte rendu de la Fondation, les enfants de 0 à 5 ans passent environ 4h par semaine sur Internet. C’est à cet âge qu’ils trouvent leurs principaux repères d’usage et que le rôle du numérique dans leur vie peut interférer avec leurs acquis fondamentaux. Cette interférence peut intervenir, de manière négative, à trois niveaux : la non acquisition de compétences sensorielles et relationnelles, l’augmentation du risque des troubles de l’attention et l’altération du développement physique. La question de la vie privée joue également un rôle important à cet âge où la famille diffuse beaucoup d’informations sur l’enfant à travers les réseaux sociaux : comment protéger cette identité numérique précoce ?

En parallèle, les atouts éducatifs du numérique ne sont pas à sous-estimer, note la Fondation, qui appelle les chercheurs à approfondir la problématique de l’apprentissage numérique et les développeurs à concevoir des applications adaptées à cet âge. Elle souligne l’importance de conduire des études plus approfondies sur le numérique dans la petite enfance qui manquent aujourd’hui, alors que les enfants de 0 à 5 ans constituent des cibles commerciales actives.

6 à 10 ans : l’autonomie numérique progressive de l’enfant

Avec l’acquisition de la lecture et de l’écriture, l’enfant s’ouvre à des pratiques plus diverses et plus actives. Il entre pleinement dans l’univers de l’Internet mondial, ses réseaux, ses opportunités d’apprentissage et ses offres marchandes. La Fondation relève la difficulté de filtrer les contenus pour les enfants dès 7 ou 8 ans et la nécessité pour eux d’apprendre rapidement à naviguer dans « la rue virtuelle, ses possibles et ses interdits ». Difficile, tant les offres sont opaques pour les enfants et les parents.

L’enjeu se prolonge au-delà de la famille, puisque la Fondation note que l’ensemble des processus pédagogiques est remis en cause, sans que les acteurs concernés ne se soient encore adaptés à cette révolution. Les approches pédagogiques, les méthodes d’acquisition de savoirs, les contenus… Tant de questions autour des outils numériques à approfondir, voire à étendre jusqu’à la connaissance de la « science numérique », une discipline que la Fondation considère comme incontournable.

Comment aider les enfants à s’épanouir dans l’univers numérique ?

Plusieurs pistes sont lancées par ces travaux. Pour la petite enfance, il s’agit de développer une compréhension plus approfondie et spécifique de cette « nouvelle ethnologie familiale », grâce à la recherche. Les dispositifs éducatifs du futur devaient guider les enfants et les parents dans le choix des offres adaptées et favoriser la création d’espace d’échanges, enfant-parent comme entre parents. Pour les enfants plus âgés, la Fondation envisage le recours au rôle des « grands frères et sœurs » et à un modèle de coéducation. Les usages collaboratifs du numérique, qui s’inscrivent dans la socialisation complexe, doivent être encouragés. La Fondation imagine de créer un « permis de conduire numérique » pour les enfants et mettre en place une labellisation qui pourrait aider les parents et les enseignants dans le choix des offres et contenus numériques.

Pour 2017-2018, la Fondation prévoit de :

  • Soutenir la recherche sur les comportements des tout-petits face au numérique et sur les discours des fabricants d’offres numériques petite enfance
  • Mener des actions de sensibilisation auprès des parents et des professionnels
  • Créer un comité de veille pour défendre les droits des enfants sur leur identité et leurs données en ligne

Retrouvez sa mission, son compte rendu et son plan d’action pour 2017-2018 ! Pour plus d’informations sur le projet Enfance et Numérique, contactez l’adresse suivante : contact@fondation-enfance.org ou par téléphone au 01 43 90 63 10.