Le droit des enfants de dire «non» !

07 novembre 2017

L’Autorité de protection des données de Norvège Datatilsynet avec sa campagne intitulée « Bonnes intentions » - Images d'enfants en ligne, a remporté le « Global Privacy and Data Protection Awards 2017 », dans la catégorie «Sensibilisation en éducation» : un prix décerné par la 39e Conférence internationale des autorités de protection des données personnelles (ICDPPC), qui s’est tenue fin septembre 2017 à Hong Kong.

Quel intérêt pédagogique ?

Aujourd'hui, force est de constater que les photos d’enfants et bien d'autres données personnelles, que ce soit en situation de famille ou entre amis, à l'école, à la maternelle ou dans des activités de loisir, sont facilement partagées et mises en ligne par les parents ou les enseignants. Animés d’une bonne intention ou peut-être aussi sans en avoir conscience, les parents exposent ainsi au grand jour la vie privée de leurs enfants, souvent sans leur consentement.

Or, si les enfants doivent faire l’apprentissage de la responsabilité numérique, il est important que les adultes aussi donnent l’exemple.

Qui intervient dans le projet ?

A cet effet, l’Autorité de protection des données de Norvège et le Centre norvégien pour les TIC en éducation ont conjointement lancé en Février 2017, une campagne nationale de sensibilisation auprès des médias et des nombreux professionnels qui sont en relation avec les enfants (écoles, crèches, hôpitaux, éducateurs, familles,…) sur le thème « Demandez aux enfants avant de les prendre en photos et avant de les publier ».

Ainsi ont été conçus et diffusés (sous licence Creative Commons) sur le site You Decide

  • Un film d'information animé pour adultes 
  • Une vidéo musicale pour enfants qui sera  régulièrement programmée sur la chaîne des enfants au cours des trois prochaines années (version sous-titrée en anglais: http://www.dubestemmer.no/en/content/its-you-who-decide)
  • Un clip vidéo déclinant les mêmes messages pour les jeunes ados

Quelles retombées ?

La presse écrite et les chaines de  télévisions norvégiennes, destinées aux enfants ont largement relayé cette campagne. Les personnels des jardins d’enfants, les réseaux sociaux et les hôpitaux ont été aussi largement mobilisés.