Nous et le numérique, expliqué à nos profs !

09 novembre 2017

Retour sur une journée pas comme les autres « d’Idéation pour la formation au numérique » qui s’est tenue le 12 octobre 2017 dans le cadre du projet eR!SK « Risques numériques et école 2 .0 » soutenu par la Fondation Maif. 

Des élèves de classes de 5ème avaient pour mission d’élaborer des propositions originales d’enseignements pédagogiques qui s’inspirent de leurs pratiques personnelles et interactives des usages du numérique. Inversion des rôles entre enseignants et enseignés !

Quel intérêt pédagogique ? / Qui intervient dans le projet ?

Les élèves de deux collèges de quartiers socialement très différents de l’Académie de Bordeaux ont fait la rencontre d’enseignants « novices » qu’il convenait d’informer et d’initier aux pratiques d’internet. Le pitch de la scénarisation organisée par l’équipe projet  d’enseignants - chercheurs  en "Représentations, Usages, Développements et Ingénieries de l’Information"  rattachée au laboratoire IMS de l’Université de Bordeaux :

Les élèves avaient pour mission de leur apprendre comment ça fonctionne en leur montrant à quoi leur sert le numérique dans leur quotidien, leur faire comprendre la logique d’utilisation et au final imaginer une présentation originale pour former des enseignants novices aux usages du numérique.

Trois objectifs clé guidaient la démarche de ce projet de recherche-action lancé depuis septembre  2016 par la Fondation MAIF :

  • comprendre les représentations du numérique chez les enseignants, en particulier chez les jeunes enseignants;
  • savoir ce que les élèves aimeraient faire à l’école avec leurs enseignants autour du numérique, mieux appréhender leurs pratiques et leurs connaissances;
  • faire émerger des pistes pédagogiques pour les enseignants à partir de propositions et pratiques d’élèves.

Ces groupes de pré-adolescents et leurs enseignants (histoire-géographie, français, technologie) ont été accueillis dans un lieu dédié à la pédagogie dite « innovante », au sein de la bibliothèque de sciences et techniques de l’Université de Bordeaux.  Ainsi, hors de la configuration classique de la table face au tableau, les ateliers interactifs ont permis une expression libre, créative et détendue de la part des élèves, en présence d’artistes numériques intéressés à suivre les productions originales imaginées.

Pour accompagner les élèves, se tenaient également à disposition, des enseignants stagiaires en formation à l’ESPE d’Aquitaine, des spécialistes des questions relatives aux enjeux des usages numériques, outre la Fondation MAIF, la CNIL et plusieurs partenaires du collectif EducNum, les CEMEA, la MGEN, Les Petits Débrouillards.

Les résultats

Le choix d’impliquer ces élèves âgés de 12 à 13 ans s’est révélé particulièrement intéressant pour en apprendre davantage sur les représentations, connaissances et usages numériques de ces jeunes à l’esprit vif, déjà très informés, dotés d’un vocabulaire souvent expert et de regards avisés, très critiques vis à vis de la publicité, des arnaques, et du monde des adultes.

Pour l’équipe de recherche du projet, cette journée fut l’occasion de percevoir que ces très jeunes apprennent seuls ou en interaction empirique avec leur environnement social, ce qui  leur semble parfaitement naturel. Pourtant, si la plupart ont déjà bien conscience des risques numériques : mauvaises rencontres sur internet, risque d’isolement, risque d’escroquerie, d’harcèlement, notamment, c’est sans vraiment comprendre pourquoi…mais relaté par leurs parents dans leur environnement familial.

Enfin la qualité de leurs pitchs de restitution a surpris, les élèves n’ont pas manqué d’idées mettant en scène leurs présentations par une application de BD interactive pour expliquer le téléphone aux « nuls » à l’aide de slogans chocs  « Le numérique, c’est comme l’alcool, faut pas en abuser ! », ou sous forme de jeux de rôles, une série sur Youtube pour expliquer tout ce qu’on peut faire sur internet, un magazine numérique sportif, une appli avec un assistant Mii inspiré du jeu Miitomo sur Nintendo pour guider les internautes,…

Les suites ?

Ces idées trouveront des prolongements dans les établissements où les enseignants sont prêts à expérimenter des projets pédagogiques à partir des pratiques personnelles de ces jeunes. Les meilleures idées et supports de présentation issus du terrain de l’école seront réalisés au cours de l’année avec leurs enseignants.

Ce sera l’occasion d’approfondir l’éducation morale et civique, l’éducation aux médias et à l’information, ou l’histoire-géographie, le français, la technologie et plus globalement l’éducation à la culture numérique, aux moyens d’interactions plus fluides entre élèves et enseignants. Tout en y intégrant les questions de droits qui y sont associées (droit à l’image, droit à l’oubli, gestion des données personnelles, de son identité numérique, de ses traces).

L'intégralité des séances de co-construction constitue un formidable matériau à exploiter par l’équipe de recherche (résultats publiés en septembre 2018).