Safer Internet Day : la CNIL et Educnum accompagnent les parents dans l’éducation au numérique de leurs enfants

24 janvier 2022

À l’occasion du Safer Internet Day, qui se déroulera le 8 février, la CNIL rappelle que les parents ont un rôle de premier plan à jouer dans l’éducation au numérique de leurs enfants. Pour cela, ils doivent pouvoir les accompagner dans la protection de leurs droits.

safer_internet.png

Qu’est-ce que le Safer Internet Day ?

Le Safer Internet Day est la journée mondiale pour un Internet plus sûr, à destination des jeunes, de leurs familles, des professionnels de l’éducation et de la protection de l’enfance.

Cette journée est l’occasion de sensibiliser les jeunes à des usages numériques positifs et responsables et d’aider les adultes à les accompagner dans leur vie numérique.

Il se déroulera le 8 février 2022 avec le thème « Enfants connectés, tous concernés ! »

 

Les actions de la CNIL pour la protection des droits des enfants

Des recommandations sur les droits des mineurs dans l’environnement numérique

La CNIL a publié 8 recommandations pour renforcer la protection des enfants en ligne. Dans sa recommandation 3 « Accompagner les parents dans l’éducation au numérique de leurs enfants », elle rappelle que la reconnaissance progressive d’une autonomie des mineurs en ligne ne doit pas exclure les titulaires de l’autorité parentale.

En effet, les parents ont à la fois pour mission de protéger leurs enfants contre les risques auxquels ils peuvent être exposés en ligne mais aussi de les accompagner vers une autonomie progressive, en fonction de leur maturité. Or, les parents connaissent mal les dispositifs de protection des droits de leurs enfants en ligne. D’après une enquête de l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF) réalisée en janvier 2021, 57 % des parents affirment ne pas utiliser d’outil de contrôle parental.

S’ils permettent d’accompagner leurs enfants dans leur vie en ligne, les dispositifs de contrôle parental peuvent toutefois s’accompagner d’une collecte importante de données personnelles auprès des mineurs, par exemple leur géolocalisation. C’est pourquoi, dans sa recommandation 5 « Promouvoir des outils de contrôle parental respectueux de la vie privée et de l’intérêt de l’enfant », la CNIL précise que ces dispositifs doivent être conformes aux règles de protection des données et doivent respecter :

  • Le principe de proportionnalité prenant en compte l’intérêt de l’enfant et son niveau de maturité, en évitant par exemple la géolocalisation permanente ;
  • Le principe de transparence en informant clairement l’enfant des modalités de contrôle parental ;
  • Le principe de sécurité des données du mineur, pour éviter que d’autres personnes ou organismes aient accès à des informations sur le mineur.

Afin d’accompagner leurs enfants dans des usages numériques responsables, la CNIL mène depuis plusieurs années, avec le collectif Educnum, des actions de sensibilisation vers les parents en leur proposant des conseils pratiques. Elle a notamment participé, en 2021, à la création d’un kit du citoyen numérique aux côtés de l’Arcom (ex-CSA et Hadopi) et du Défenseur des droits.

 

De nouvelles ressources à venir et un appel à projet

En 2022, la CNIL proposera de nouvelles ressources pour répondre aux demandes d’information et de conseils des parents, mais aussi des éducateurs et des enseignants.

La CNIL appelle également tous les acteurs concernés à travailler ensemble pour proposer aux parents et aux acteurs de l’éducation des outils et services d’accompagnement efficaces et respectueux des droits des mineurs. Pour répondre à ces enjeux, la CNIL a lancé, en janvier 2022, un appel à projets sur les outils numériques dans le domaine de l’éducation : 5 acteurs bénéficieront d’un accompagnement renforcé, sur une année, pour proposer des outils conformes à la réglementation sur la protection des données.