Services en ligne : si c’est gratuit…

05 novembre 2020

Sur internet, rien n’est gratuit : les données personnelles sont fortement convoitées par les entreprises, qui développent des stratégies de ciblage publicitaire.

 

monetisation-1.jpg

Les données personnelles au cœur de l’écosystème numérique

 

Le modèle économique d’un grand nombre de services en ligne repose sur la monétisation des données personnelles des utilisateurs enfants ou adultes. Une donnée personnelle, c’est une information qui se rapporte à une personne physique et qui permet de l’identifier directement ou indirectement. Par exemple une photo, un nom, ou une adresse IP sont des données personnelles. Lorsqu’on surfe sur internet, des informations sont collectées à chaque clic : des likes sur les réseaux sociaux aux visites de boutiques en ligne, en passant par les réponses à des quizz sur des sites de divertissement. Ces données de navigation peuvent être conservées grâce aux cookies, des petits fichiers qui permettent de garder les informations en mémoire.

On estime qu’avant qu’un enfant atteigne l’âge de 13 ans, plus de 72 millions de données personnelles le concernant auront été collectés par les entreprises de la publicité en ligne.

 

Des données personnelles à la publicité ciblée

 

Si toutes ces données paraissent avoir peu de valeur prises une à une, agrégées, elles permettent en réalité d’en savoir beaucoup sur les utilisateurs et leur personnalité : une étude de 2015 menée par l’université de Stanford montre qu’avec 300 likes Facebook, un ordinateur peut prédire la personnalité d’un individu mieux que son propre conjoint. Ces données sont utilisées par les sites internet pour proposer de la publicité personnalisée aux utilisateurs, selon leurs profils et leurs goûts : chacun sera ainsi exposé au message publicitaire le plus susceptible de le pousser à consommer tel ou tel produit.

Les données personnelles des enfants sont particulièrement intéressantes pour les annonceurs publicitaires, puisqu’ils représentent un tiers des utilisateurs d’internet et 40 % des nouveaux utilisateurs La valeur de ces données pour les acteurs de la publicité en ligne s’explique par l’importance de l’enfant dans les décisions de consommation du foyer : un sondage IPSOS datant de 2017 montre que la quasi-totalité (94 %) des parents tient compte de l’avis de son enfant dans au moins une catégorie de consommation. Une étude menée par PwC en 2019 prévoit que le marché de la comprendre la publicité en ligne destinée aux enfants devrait atteindre 1,7 milliards de dollars en 2021.

Les enfants sont particulièrement réceptifs aux messages de marketing ciblés, d’autant qu’il est plus difficile pour eux de reconnaître les contenus publicitaires et de les distinguer des contenus d’information, en particulier dans le cadre des réseaux sociaux. Cette ambiguïté est parfois volontairement entretenue par les annonceurs, qui ont recours à des stratégies de marketing déguisées sur internet, comme le recours à des partenariats avec des influenceurs, ou le placement de produit sur des vidéos ou des posts.

 

A vous de jouer !

 

L’utilisation des données personnelles par les acteurs d’internet doit être détaillée dans les conditions générales d’utilisation. Cependant, elles sont souvent présentées dans un format long et difficile à comprendre, surtout pour les enfants, ce qui dissuade de les lire en entier. Une étude de la BBC en 2018 évalue le langage utilisé dans les CGU des principaux sites et applications utilisées par les jeunes et a ainsi conclu que sur les 16 services testés, le niveau de lecture exigé pour comprendre ces textes est celui d’un étudiant d’université ; pour 6 d’entre eux, elles dépassent 10 000 mots, soit un temps de lecture supérieur à 40 minutes !

Chaque internaute devrait être conscient que, sur internet, ses données personnelles sont très convoitées par les entreprises. Chacun a le choix d’utiliser ou non les services proposés, à partir du moment où il dispose de toutes les informations nécessaires. Comme le prévoit le règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) ces informations devraient être présentées plus claires et compréhensibles, y compris pour les enfants, tant par le langage utilisé que le design des sites.

Il existe cependant des techniques pour mieux maitriser les données personnelles collectées :

  • Vous pouvez choisir de limiter l’utilisation des cookies dans les paramètres de votre navigateur ou d’effacer les cookies déposés sur votre appareil : la CNIL a publié en janvier des conseils pour paramétrer vos navigateurs. Vous pouvez les retrouver ici.
  • L’UNAF propose également des conseils pour adopter des bons réflexes, comme désactiver les publicités par centre d’intérêt dans les paramètres des réseaux sociaux, et de ne remplir que les champs obligatoires dans les formulaires d’inscription en ligne. Vous pouvez les retrouver ici.
  • Vous pouvez naviguer en mode privé, ou pour les plus « geeks », utilisez un réseau privé virtuel (VPN en anglais). Vous pouvez également installer un module bloqueur de publicité. Ces conseils sont détaillés sur le site internet sans crainte, avec le soutien de la CNIL.   
  • Les services spécifiquement destinés aux enfants, plus respectueux de leur vie privée se multiplient : ils peuvent constituer des alternatives intéressantes à des services gourmands en données personnelles et moins adaptés aux enfants.
  • Le site canadien Habilo Medias propose également de nombreuses ressources pédagogiques pour les enseignants : vous pouvez les retrouver ici.